Boire à la Fontaine de Georges

Ses yeux bleu azur parlent pour lui,

Telle l’eau de la Fontaine à laquelle

Il s’abreuve de manière sempiternelle,

Et surtout spirituelle, telle une ritournelle…

L’Homme porte admirablement bien son nom,

Puisqu’il s’appelle Georges Fontaine,

Et que son existence est à son diapason,

J’oserai même dire qu’il le vaut bien, tellement même,

Car le photographe est avant tout un homme qui aime…

Et l’Homme aime tout de notre Charente-Maritime,

Qu’avec ses photographies toujours il rime…

Sans cesse il n’a de cesse de découvrir et redécouvrir,

Au fil du temps impermanent,

Les trésors disséminés ça et là dans le département,

Pour les partager avec nous, un peu, beaucoup, passionnément.

Peu importe les heures, les jours, les mois, les ans,

Ou alors si, justement, pour figer le temps…

Avec son objectif, l’artiste vise à rendre visible

Tout ce que son regard plein d’acuité et de sensibilité

Lui donne à voir, observer, photographier, apprécier, aimer…

Il ressemble aux félins qu’il photographie avec subtilité,

Immobiles, figés devant lui, complices tels des aimants

Qui s’attirent, des êtres pour qui la contemplation

Est nécessaire, profondément.

Comme eux, l’artiste bouge, tranquillement, sereinement,

Précisément, malicieusement, tout le temps…

L’Homme fait presque partie du champ

Dans lequel il se trouve, assurément,

Tant il s’imprègne des décors et des gens,

Qu’il apprécie et accompagne, avec plaisir et recueillement.

La fatigue et la satiété sont des mots inconnus

Pour l’artiste à l’infatigable énergie,

Sa force vitale est immense et dédiée

A restituer la beauté de l’existence,

A nous en raconter tous ses trésors,

A nous faire goûter la saveur

De ses photographies

Aux vraies couleurs,

Celles de la Vie,

A nous en décrire tous ses contours,

Toujours et encore,

Avec humour et philosophie.

Car l’Homme a absolument conscience

Que ces instants de beauté et de silence

Sont éphémères, dans notre rapide existence…

Alors, après ce poétique voyage,

Sur l’univers de Georges Fontaine,

Faisons un Arrêt sur Image

En Charente-Maritime,

Et apprécions un instant

Ce cliché, je l’avoue, mon préféré,

Celui où le petit enfant

Se laisse avec délice emporter

Par le bruit et l’écume des vagues

Sur le sable odorant et mouillé…

Quel magique moment d’éternité…

Ne serait-pas celui-là qui guida

Le petit Georges et lui donna

L’envie de nous emporter

Dans son univers photographique,

Magique et poétique ?

Il me plaît de l’imaginer…

https://lafrancevuedicioubiendela.wordpress.com/?fbclid=IwAR3TQIw6Tc8wbIieqE07es0Aez0UpmD4FUURlKtFOOt-CtvDcx4YgnJBo3U

https://gfphotographiesblog.wordpress.com/?fbclid=IwAR3kb15MYqBim6PF5ncX0IE6ruiSMaj1Nhx6oURqGbW0DppQb3OUB6qEP3g

https://www.facebook.com/Arrêt-sur-image-en-Charente-Maritime-365713863445645/

Partagez !