Philippe Couteau dit Bilout, un bijou de saltimbanque !

En ce jour de rentrée scolaire à l’Ecole Primaire du Château d’Oléron,

Le jeune Philippe à la gueule d’ange se tient sagement assis sur sa chaise.

Son esprit, lui, est en pleine effervescence, et l’écolier à l’intelligence

Fertile sait bien qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Car le jeune Philippe, doté d’une insatiable curiosité

Et d’une très grande sensibilité artistique, voit déjà loin, très loin,

A l’instar de la longue vue avec laquelle il nous racontera bien plus tard

La passionnante histoire du Marquis de Vauban.

Le Marquis de Vauban

Car dès son plus jeune âge, Philippe Couteau a des rêves plein la tête

Et le désir ardent de les réaliser. Passionné par l’archéologie,

Il l’est aussi du dessin d’art et de l’art dramatique.

La vie décidera autrement du sort du jeune garçon,

Qui deviendra finalement ostréiculteur pendant vingt ans,

Avant de revêtir l’habit de capitaine de tourisme

Sur la ligne reliant La Tremblade à Saint-Trojan notamment.

Le Pirate Lazor

C’est pendant ces années-là que l’habit étriqué de l’homme passionné

Et déterminé à vivre ses passions, craquelle, sous le désir puissant

Du jeune Philippe de devenir celui qu’il est, réellement,

Un artiste à part entière, à l’esprit brillant,

Adorant la diversité et le changement.

C’est ainsi que le jeune écolier devient Philippe Couteau dit « Bilout »

En mémoire du doux et affectueux petit nom « bijou » donné par sa mère,

Mais aussi comme un jeu de mots entre copains.

Philippe de Roca Bella

Au fil des rencontres de l’existence,

Celui qui se définit comme un saltimbanque, avec élégance,

Multiplie les projets ambitieux et diversifiés.

Embarquant avec lui ses copains ostréiculteurs, comme lui passionnés

De théâtre et d’histoire, Philippe Couteau incarnera avec brio

Une multitude de figures historiques, en Charente-Maritime,

Mais aussi sur d’autres contrées,

Emerveillant petits et grands, se délectant au fil des ans

Des visites guidées de nos citadelles fortifiées.

Il réalisera aussi des films, notamment sur l’histoire de l’Ile d’Oléron,

Et fera paraître trois ouvrages, sur son berceau créatif, son If.

Ainsi, tel le Marquis de Lafayette, l’Homme nous fait prendre le large

Sur sa sublime frégate l’Hermione, nous entraînant dans le sillage

De ces personnages hauts en couleur de l’Histoire de France et d’ailleurs,

Qu’il incarne avec magnificence, pour notre plus grande chance.

Le Marquis de Lafayette
Le Marquis de Vauban
Les marquis de Lafayette et de Vauban

Menant de front son activité professionnelle et ses projets artistiques,

L’Artiste multiple embarque avec lui des compères passionnés,

Réalisant ainsi des bandes dessinées avec son ami marin pêcheur.

Leurs titres laissent à eux seuls imaginer le vrai bonheur

De leur lecture, un 4ème ouvrage est du reste en préparation.

Les bandes dessinées
La Pêche met l'bas - Quand les dragues couinent,
 le parquet grince ! - L'amer veille au pays de la glisse
Les apéros jeux charentais et Oléron

Il n’est finalement nullement étonnant d’apprendre

Que les maitres à penser de l’Artiste multi-casquettes sont

Messieurs Devos et Goscinny, dont l’art oratoire

A magistralement inspiré notre artiste charentais-maritime.

Dans un devoir de salubrité publique, l’auteur-acteur nous donne à voir

Et à découvrir des textes incisifs et corrosifs écrits dans un français parfait,

Mis en scène dans des vidéos jubilatoires, à l’humour parfois noir,

Qui nous font irrésistiblement rire à n’en plus finir.

Les vidéos désopilantes
Giacomo Casanova

Alors, comment conclure le récit du parcours d’un artiste d’exception ?

Sans doute en confirmant son extrême détermination

A réaliser son rêve, absolument, à ne jamais le lâcher…

Et s’il en fallait, quelles incroyables preuves à foison,

Quelle profusion de productions de cet extraordinaire saltimbanque

Qui va où on ne l’attend pas, guidant ses pas

En marche arrière, en marche avant, toujours

Un oeil dans le double rétroviseur de la Nostalgie et de l’Expérience.

Parce que le petit écolier de CP n’a jamais renoncé

A devenir ce à quoi il était appelé, un artiste à part entière,

Quel bonheur alors de l’observer, sous les traits de Casanova,

Transmettre sa force d’espérance à cette petite princesse

Qui, un inoubliable jour de printemps, tenta sa chance.

Cher Philippe Couteau dit Bilout, si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer !

Cher Philippe Couteau dit Bilout, vous êtes un bijou de saltimbanque !

Merci à vous !

http://www.bilout.fr/

Philippe Couteau Dit Bilout | Facebook

Partagez !